Bestiarius : Ou quand le Shonen rencontre le péplum !

Bestiarius-Milky-Way-1000x800
« 1er siècle après Jésus-Christ, l’Empire romain est à son apogée et ses légions soumettent une à une les dernières contrées où monstres et humains vivent encore en paix. Criminels, innocents, orphelins, demi-humains, wyvernes… Tous constituent les rangs d’esclaves guerriers jetés dans l’arène et forcés de s’entretuer pour divertir l’empereur Dominitien et les Romains avides de sang. Parmi ces combattants se trouvent des gladiateurs fauves et créatures légendaires : on les appelle les «Bestiari ». Or, certains d’entre eux, comme Finn (rien à voir avec Finn du prochain Star Wars) ou Zénon, ont été élevés aux cotés de ceux qui, aux yeux de Rome, ne sont que de simples bêtes, et ils comptent bien retourner leurs armes contre leurs geôliers…et même contre l’Empire tout entier ! »

 
Gladiator version shonen.
Crée en 2010 par le mangaka Masasumi KAKIZAKI, Bestiarius est un Shonen se déroulant donc dans la Rôme Antique. Les 2 premiers tomes sont sortis en France tout récemment, puisqu’ils sont disponibles depuis le 7 octobre dernier. Que dire d’un titre qui doit essayer de trouver sa place parmi une concurrence rude et nombreuse ? L’histoire, que vous avez pu apercevoir dans le synopsis juste au-dessus, se déroule dans un monde réel mais saupoudrée d’un peu de fantastique grâce à l’ajout de monstres mythologiques. Un choix qui permet d’ajouter un peu de fantaisie. Le noyau même de l’histoire, rappel un peu le film Gladiator de Ridley Scott, puisque les héros se battent dans des arènes pour leurs survies, mais aussi pour gagner leur liberté. Mais disons le franchement (et sans trop de spoil), même si le manga se laisse lire agréablement, elle ne réserve cependant pas trop de surprises. Elle respecte les codes du Shonen, voir un peu trop. On a donc souvent une impression de déjà-vu et on peut même arriver à anticiper sans trop de difficultés ce qu’il va se passer par la suite. On espère donc que la suite s’émancipera un peu plus de ces codes et que KAKIZAKI-san ajoutera un peu plus de piments.

 
Un chara-design de haute volée !
C’est peut-être LE point fort du titre : le chara-design. Ce n’est pas le plus beau, mais comme généralement les auteurs peaufinent leurs techniques au fur et à mesure des tomes, il y a de quoi espérer. Mais déjà la, c’est vraiment bien maitrisé et agréable à regarder. Le seul bémol, la présence de quelques cases dans les scènes de combats un peu brouillonnes, mais dans l’ensemble l’aspect reste propre et net. Le bestiaire est reconnaissable et l’univers de la Rome antique est plutôt bien respecté.

 
En bref
Pour résumer, il s’agit d’un manga qui pour le moment, nous laisse un peu sur notre faim, surtout si on à une connaissance des codes du Shonen. Il est intéressant à lire, surtout grâce à un chara-design fort sympathique, mais en termes de scénario, on peut s’attendre à bien mieux. Toutefois si vous aimez l’univers Heroïc-Fantasy-péplum, n’hésitez pas, sinon pour les autres, vous pouvez passer votre chemin.

Crédit photo: adala-news.fr

Rédigé par Damien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :