Rétro ciné : La trilogie Spider-Man

spider-man

Dans l’univers de l’adaptation de comics, la trilogie de Spider-Man de Sam Raimi (Evil Dead) reste relativement jeune, puisqu’elle date de 2002. Elle a eue un vif succès dès le premier volet et nous allons le décrypter ! 

L’histoire (très connue) c’est Peter Parker (Tobey Maguire), jeune lycéen, brillant mais timide, qui est amoureux de sa voisine, la belle rousse volcanique Mary-Jane Watson (Kristen Dunst). Il est l’incarnation du gars impopulaire, et il est souvent l’objet de railleries et a un seul ami, Harry Osborn (James Franco).

4026654-parker9edd9a11475e9cb6759c6a3878db7707.jpg4028333-harry+osbourne

Lors d’une sortie de classe dans un laboratoire, Peter, se fait mordre par une araignée génétiquement modifiée. Il deviendra alors Spider-man, pouvant avoir une force surhumaine, ainsi que la capacité à grimper aux murs et tisser des toiles (contrairement aux comics originaux où il doit créer une substance lui permettant de faire ses toiles via un appareil).

Spider-Man 1: Un début prometteur !

Dans le premier opus, Peter, choisi la voie du justicier après la mort de son oncle Ben, mort à cause d’un braqueur que Peter a volontairement laissé en liberté. Et comme « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités », il endossera le costume de l’homme araignée, et nettoiera les rues de New-York de sa vermine. Il devra également combattre Norman (pas celui qui fait des vidéos) Osborn (Willem Dafoe), le père de son meilleur ami, Harry.Celui ci devient par la suite le Bouffon Vert en essayant un produit qui est sensé booster les capacités du corps humain, sauf qu’il deviendra un brin psychopathe.

            2584170.jpg-r_x_600-f_jpg-q_x-xxyxxspider-man-1-wrestler9d2336u-172658__spiderman1_l

Au menu, de bonnes scènes d’actions et surtout un scénario qui tient la route, à l’époque, rares étaient les bonnes adaptations, les effets spéciaux étaient relativement bien retranscris et ce premier film de Spidey était une bonne surprise. Le personnage de Jonah Jameson, excellemment interprété par J.K. Simmons apporte même un peu d’humour. Un premier film efficace, se terminant sur un cliffhanger. Une suite fut logiquement donc en préparation. La question était de savoir si Sam Raimi pouvait faire mieux.

Spider-Man 2: La montée en puissance de Spidey !

Et la réponse fut oui ! Sorti en 2004, Spider-Man 2, surpassa dans en tout point le premier. Notamment grâce au scénario qui souligna les problèmes personnels de Peter Parker. N’oublions pas que si c’est un personnage auquel beaucoup de personnes s’identifient, c’est parce qu’il est surement, malgré ses pouvoirs, le plus « humain ». Dans cette suite, Peter doit concilier ses études, son travail pour payer son loyer dans un petit appartement (avec un propriétaire collant), ses problèmes d’argent, sa relation avec Harry qui est tumultueuse depuis la mort de son père Norman et une MJ qui s’apprête à se marier. Il doit également assurer la protection de la ville de NY. Bref, il a un agenda chargé dans cette suite.

         spiderman-2fightscenes-spiderman2-590x350Spider-Man-2-inside

Cela ajoute plus de profondeur à l’histoire, nous avons plus d’empathie pour le personnage de Peter, qui voit les choses mal tourner unes-par-unes, il sera alors en proie au doute, il perdra aussi ses pouvoirs de Spider-Man et se remettra alors en question, qui doit-il être réellement ? Peter Parker, ou Spider-Man ? Comme si cela ne suffisait pas voici qu’un autre vilain emblématique menace la ville…Docteur Octopus.Et c’est ce qui fait la force de ce second épisode, c’est que ce qui arrive à notre héros, peut arriver à tout le monde. Malgré ça, l’humour est toujours de temps en temps de la partie, voir un peu plus que dans le premier. Et les scènes de combats sont toujours bien mise en scène. Notez que les thèmes musicaux des deux premiers films furent réalisées par le brillant Danny Elfman (également compositeur du générique des Simpson). La aussi, le film rencontra un magnifique succès, ce qui donna encore plus d’impatience pour le troisième volet.

Spider-Man 3: Un succès mitigée

Il a fallu attendre 3 longues années pour les fans afin de voir la suite tant attendu et savoir comment Raimi pouvait conclure la trilogie. A la fin de Spider-man 2, Peter retrouvait confiance en lui et surtout il avait enfin la femme de ses rêves, MJ, qui sait désormais que Peter Parker est Spider-Man. Ils sont prêts à s’aimer malgré les risques. Dans le même temps, Harry, découvrit aussi le secret de son meilleur ami, ainsi que le laboratoire de son père.

       423201933649180-venom_wallpaper_870x423-ConvertImage18737059

Nous avons donc le droit au contraire du 2, dans le début du troisième volet, Peter Parker est heureux, tout va pour le mieux que ça soit sentimentalement ou professionnellement. Spider-Man est même adulé par toute la ville (sauf Jonah Jameson). Mais certaines personnes sont prêtes à mettre quelques bâtons dans les roues du jeune homme. Harry reprend le flambeau du Bouffon vert et un malfrat devient l’Homme sable par accident. De plus, Peter a un rival dans le journal où il travail : Eddy Brock. Pendant un rendez-vous romantique avec MJ, Peter ramène sans le vouloir une substance organique extraterrestre : la symbiose. Elle fusionnera avec le costume de Spider-man, ce qui augmentera ses capacités déjà phénoménales, au détriment de sa personnalité. Bref, le scénario du 3 est assez long à résumer, mais notez donc que le personnage de Venom est présent et que Spidey doit affronter 3 vilains.

Malgré de bonnes idées, Spider-man 3 fut le plus décevant, Sam Raimi a d’ailleurs affirmé son échec. A trop vouloir faire dans le spectaculaire (ce fut le film le plus cher de l’histoire du cinéma à l’époque avec un budget de 258 millions de dollars), le scénario est trop lisse et perd le relief que pouvait donner les 2 premiers films. Ce n’est pas un mauvais film, mais ce n’est pas à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre.

Mais d’un point de vue global, la trilogie de Spider-Man version Sam Raimi est comparable à la trilogie Batman de Nolan. On monte en puissance dans les 2 premiers opus, avec un deuxième film en apothéose, et une fin décevante à cause des incohérences. Mais ça reste une excellente trilogie. Il est vrai que l’interprétation de T.Maguire n’est pas toujours convaincante, mais malgré tout on s’attache à son personnage et surtout on s’identifie à lui. Beaucoup de personnages sont charismatiques et il y a de très bons moments dans cette trilogie. On retrouve aussi des caméos de Bruce Campbell, célèbre pour son rôle d’Ash Williams dans la saga Evil Dead.  Et avec le recul, ainsi que les Amazing Spider-man, on se dit que cette trilogie rend bien hommage à notre tisseur, malgré les quelques encarts scénaristiques par rapport aux comics. Il mérite notre coup de cœur.

http://spinoff.comicbookresources.com

 

Crédit photo: Crédit photo: lecinemadesflemmards.com, http://spinoff.comicbookresources.com

Rédigé par Damien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :