Rétro Ciné : Scott Pilgrim Vs. The World

scott-pilgrim-vs-the-world-4fdb822971315

Source : iscomrima-mycinemood.e-monsite.com

Sortie en 2010, le film Scott Pilgrim Vs. The World est l’adaptation du Comics éponyme de Bryan Lee O’Malle.  Il fut réalisé par le génialissime Edgar Wright, qui a réalisé entre autres Shaun of the Dead, Hot Fuzz et Le Dernier Pub Avant la Fin Du Monde (aussi appelés la trilogie Cornetto puisque les personnages mangent des glaces Cornetto aux couleurs différentes suivant le type de film).

L’histoire narre le récit de Scott Pilgrim (Michael Cera), jeune homme de 23 ans, qui vit dans la mystérieuse ville de Toronto, il sort avec une lycéenne : Knives Chau (Ellen Wong) et est bassiste dans un groupe, les « Sex Bob-omb ».Tout va pour le mieux jusqu’au jour où Scott croise la fille de ses rêves (au sens propre et figuré) : Ramona Flowers (Mary Elizabeth Winstead), dont il va tomber amoureux. Le problème c’est qu’il doit gérer sa relation avec Knives mais aussi les 7 ex-maléfiques de Ramona, s’il souhaite la conquérir…

Le scénario reprend quasi fidèlement la base des comics, d’ailleurs l’auteur, Bryan Lee O’Malley, a supervisé le casting afin d’avoir des acteurs ayant le même trait que ses personnages. Il a d’ailleurs dessiné les scènes de flashbacks de Ramona. Ce qui rend ce film si particulier et si intéressant, c’est le soin de l’esthétisme. Le film ne fait pas qu’une simple adaptation reprenant des codes cinématographiques, il prend aussi des codes liés à l’univers de la BD et du jeu vidéo en les intégrants parfaitement dans le film. Par exemple le terme « Ding-dong » lorsque qu’un personnage sonne à la porte, apparaitra à l’écran, comme sur une case de BD, ce qui est original et donne parfois l’impression de voir un comic interactif. On retrouve aussi pleins de références à la pop-culture, comme le générique du Studio Universal en mode 8-bits, des thèmes de Zelda, Final Fantasy, des bruitages issus de Sonic, etc.

La bande son est également géniale, majoritairement Rock, elle est prenante est colle parfaitement à l’univers. On retrouve la mise en scène intelligente et dynamique d’Edgar Wright (une mise en scène qui inspire souvent Antoine Daniel dans ses épisodes de What the Cut), ce qui donne des scènes captivantes, des combats épics, bien ficelés et surtout agréable à regarder. L’humour, bien évidement présent est subtil et saura faire rire à coup sur, sans qu’on s’en lasse, même après plusieurs visionnages. Ce film est une pépite encensé par la critique en général, et donc par la communauté geek et les fans. Malheureusement, les spectateurs non initiés à cette univers, n’ont pas trouvé leurs comptes, trouvant le film trop WTF et dénué d’intérêt. Ce qui est dommage car le film est original, et surtout évite bien des clichés qu’on peut avoir dans des films d’actions ou de romances d’ado. Il n’a donc pas été mis en avant malgré ses nombreuses qualités.

Il sera ce genre de film qui est soit adoré ou soit détesté. Mais il reste une référence et grandement apprécié au sein de la rédaction, et nous louons le respect qu’a le réalisateur à l’égard de l’auteur original, mais aussi pour le public à qui le film s’adresse, ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’on parle d’adaptation de comics, BD, mangas ou JV à Hollywood.

 

Rédigé par Damien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :